Trame Narrative

ACTE 2

On peut faire une pause, je suis fatigué !

Nous voilà enfin dans la seconde partie de notre aventure, l’acte 2, composé de deux sous-parties.

L’Épuisement

C’est bien parce qu’elle va demander beaucoup de force mentale et peut-être physique pour avancer qu’elle est ainsi nommée. Un épuisement pour atteindre l’objectif que fixe le conflit externe.

Chaque tentative de notre protagoniste va, peu vraisemblablement fonctionner dans la résolution du conflit externe et encore moins du conflit interne. La transformation est un processus qui demande de l’engagement, de la motivation et de l’épuisement à la tâche. 

Vous ne deviendrez jamais un grand pâtissier sans avoir essuyé nombre de blanc en neige qui sont retombés ou de gâteaux plus secs que convenu. Vous n’aurez jamais d’abdominaux sans exercices physiques réguliers et une alimentation adaptée. On n’apprend pas à faire ses lacets avec des chaussures à scratch. Comprenez donc qu’il faudra passer par de nombreuses étapes encore avant d’arriver à notre but.

Thriller : L’enquête peine à avancer. Le souvenir vague du protagoniste ne donne que peu d’indication. Le tatouage est plutôt commun. Le couteau a été retrouvé par les agents et identifié, malheureusement aucune empreinte n’est apparue. Notre protagoniste est mis sous pression pour se souvenir. Tantôt interrogé, tantôt mis sous écoute. Il est même revenu sur la scène du crime. Plus ça avance, plus il recule et boit de plus en plus.  

Catastrophe : Notre protagoniste est accompagné d’une équipe professionnelle et compétente. Des propositions sont formulées et étudiées régulièrement : dévier l’astéroïde, le faire exploser en vol, rouvrir le projet Arche… L’urgence ne laisse que peu de temps à notre protagoniste pour parler à sa famille. Il envoie quelques messages qui restent le plus souvent sans réponse. 

Romantique : Notre célibataire gardant espoir de trouver l’amour, s’est inscrit dans un groupe de rencontre avec des activités régulières (soirée bowling, tennis, karaoké…). Mais l’amour ne semble pas être au rendez-vous. De son côté notre amoureux continu sa vie de couple et a pour objectif d’acheter une seconde maison dans le sud, projet que son conjoint ne semble pas partager. L’un et l’autre se contactent de temps en temps faisant totalement abstraction de leurs mésaventures ou tracas amoureux.

C’est un moment de « montagne russes » les actions viennent et permettent parfois d’avancer ou de reculer. C’est dans cette période que vous découvrez vos vrais alliés et vos ennemis. Ils viennent aider ou empêcher la résolution du conflit externe. Ils ne sont pas uniquement identifiables par des personnes, mais ce peut être aussi des objets, des souvenir. Là encore, ils intensifient l’enjeu pour épuiser notre protagoniste, proche de l’abandon. Si c’était si simple à résoudre, ce ne serait pas si intéressant que ça à jouer.

Thriller : 

  • Alliés : les enquêteurs et les amis proches
  • Ennemis : le tueur et l’alcool  

Catastrophe : 

  • Alliés : L’équipe et la famille  
  • Ennemis : l’astéroïde, le temps et la famille

Romantique :

  • Alliés : L’autre protagoniste  
  • Ennemis : L’autre protagoniste et soi-même

« Et, au bord du précipice, une chose inattendue arrive… le protagoniste… saute ! »

Cette métaphore pour expliquer qu’après de nombreuses tentatives, s’être remis plusieurs fois en question, notre protagoniste pense avoir trouver LA solution. C’est la phase de l’approche. L’approche vers la résolution présumée du conflit avec un espoir énorme. Mais en réalité, nous sommes sur l’approche du point de rupture ou du midpoint, de la crise. Ce moment où il échouera totalement. Pas un peu… TOTALEMENT. Plus la rupture externe est violente, plus la réaction interne du protagoniste sera forte.

Souvenez-vous que nous sommes sur l’ascension de notre courbe. Nous amenons notre protagoniste à l’épuisement total. À cet instant, il ne peut plus aller plus loin. Il ne peut que lâcher prise et « mourir » : abandonner le projet, faire le deuil de la relation ou d’une personne, « mourir »… Ne faites pas mourir réellement votre protagoniste, faites seulement croire que c’est le cas à votre public.

Thriller : Seul chez lui, encore alcoolisé, la larme à l’œil, il a décidé d’en finir. Cachets et alcool, il sombre petit à petit dans un sommeil. Les images défilent dans sa tête. Il revoit les photos des journaux qu’il avait ressorti. Il se fait tout à coup sortir de son sommeil par son téléphone. Avant de répondre, ses yeux se posent à nouveau sur la photo de l’article. Il aperçoit le tatouage, mais pas le visage. Au bout de son bras, dans sa main, sa fille. Le tueur était donc encore sur la scène de crime et sa fille ne semble pas apeurée ! Serait-ce un membre qu’elle a pu connaître ? Une personne de la famille ? Le téléphone a arrêté de sonner. Prêt à appeler la police pour leur annoncer les nouvelles informations, la porte sonne. En ouvrant une femme, suivit d’une fillette et d’un homme rentrent dans la maison. L’homme est armé et séquestre notre protagoniste.

Catastrophe : La technologie ne permet pas de dévier les deux astéroïdes (un plus petit qui accompagne la primaire). Le projet Arche est lancé. Il permet de mettre à l’abris les gens les plus qualifiés. Malheureusement notre protagoniste et sa famille ne sont pas prioritaires. Arrivé chez lui, il découvre une maison vide. Juste une lettre écrite par sa femme annonçant qu’elle est rentrée chez ses parents avec les enfants. En larme, dans sa voiture à l’arrêt, il regarde les photos présentes dans son portefeuille. Il commence à retracer sa vie de famille. Puis, il aperçoit la voisine taper à sa fenêtre. Elle lui apporte le jouet préféré de son petit dernier et lui dit : « Il voulait vous le donner ». En le récupérant, il prend conscience qu’il est déjà un héro pour son petit dernier. Il ne peut pas les laisser tomber. 

Romantique : Lors d’une soirée du 31 décembre, notre célibataire propose à son ami de l’accompagner histoire de s’amuser à une fête. Musique, danse, alcool, juste un peu avant minuit, nos protagonistes se sont rapprochés. Suffisamment pour s’embrasser. Leurs yeux brillent et ils prennent conscience qu’ils sont bien ensemble à cet instant. Ils se laissent emporter par l’ambiance de la soirée, par l’alcool, se transformant rapidement en une liaison torride toute la nuit.

Comme le refus de l’appel, c’est une phase psychologique chez le protagoniste qui montre qu’il est humain, qu’il lui arrive de ne pas y arriver, qu’il a des failles… qu’il est comme nous. C’est un instant important car c’est au moment le plus critique pour le protagoniste, qu’un changement psychologique, une prise de conscience, une révélation, une forme de récompense après tout l’épuisement et l’énergie donnée, permet à un élément nouveau d’arriver. Offrant de nouvelles perspectives, nous basculons de l’état de résistance à l’état de libération. 

Les histoires prennent un réel tournant à la suite du midpoint. Tant sur l’intrigue interne qu’externe. Les choses commencent à évoluer, dans le bon ou mauvais sens, mais les prises de conscience se font et les actions sont plus pertinentes. Nous passons d’une phase d’épuisement à la phase de connaissance. La seconde partie de notre acte II.

Tram narrative 2° partie

Un avis sur “Trame Narrative

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.