La Plateforme en improvisation

PremièrE METHODE : La précision

Faire de l’improvisation, c’est comme votre reflet dans un miroir embué. On cherche tous et toutes à se voir dans ce miroir, alors, on fait des tentatives : on l’essuie, on le sèche, on le mouille. Le résultat final que nous cherchons est un reflet précis de notre personne. Une improvisation, c’est la même chose, on tente de clarifier les propositions pour comprendre plus nettement ce qui se joue et vers où on va. Parfois, on fait même semblant de comprendre pour se surprendre plus tard.

Faites donc en sorte que vos premières répliques répondent aux questions :

  • Qui : qui je suis, qui est-il, quelle est notre relation ? Qui est le protagoniste ?
  • Où/quand : Quel est notre environnement direct, quelle est l’époque ?
  • Quoi : que racontons-nous actuellement ?  

En atelier vous pouvez essayer de travailler cet exercice :

En 3 répliques

Les comédiens échangent trois répliques. Ils vont chercher au cours de ce bref échange à aller le plus loin possible dans l’établissement de leur relation commune, dans la description du QUI, QUOI, OÙ/QUAND
Pour cela, chacun d’eux ajoutera un peu d’information à ce qui aura été établi.
Par la suite, débriefez pour savoir si vous avez l’ensemble des éléments, puis recommencez jusqu’à que ça devienne instinctif.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi passer en solo sur 30 secondes. Les consignes sont les mêmes que pour l’exercice d’avant. Cependant, vous devez permettre au public de répondre aux questions suivantes : 

  • Quel est l’état du personnage ?
  • Quel serait son défaut fatal ?
  • De quoi a-t-il besoin pour évoluer ?

Cumulé, ces deux exercices vous permettent de clarifier votre situation et de percevoir plus rapidement le protagoniste (petit indice, c’est celui qui a le plus à perdre dans l’histoire) et d’entrevoir le conflit général, l’enjeu de votre histoire.

Pour faciliter les réponses à ces questions, exercer vous à être à l’écoute.

  1. L’écoute visuelle ! 

Écoutez dans quel état émotionnel semble être votre partenaire et son personnage. Que ressentez-vous vis-à-vis de ça ? Écoutez ses mouvements du corps, les tensions, les allers-retours. Observez la distance qui s’opère entre vous. Pourquoi si proche ? Pourquoi si loin ? Quelle serait la raison de cette distance ? Regardez-vous ! Vous en apprendrez plus qu’avec des mots.

Les réponses à ces questions ne seront peut-être pas expliquées dès le début, voire pas du tout. Cependant tentez de donner du contexte à la situation de base que vous installez car ce sont ces micro-expressions (celles que vous repérerez) qui vont vous permettre de donner de la profondeur à votre personnage. 

Vous pouvez vous entrainer en vous regardant dans un miroir.

Micro-expression

  • La joie
    • rides des yeux
    • bouche légèrement ouverte
    • joues remontées
    • torse/poitrine remontée
    • rayonnant/solaire
  • La surprise
    • sourcils remontés
    • yeux écarquillés
    • bouche ouverte
    • tête reculée
  • La colère
    • mâchoire crispée
    • lèvres qui se resserrent
    • sourcils qui froncent
  • Le dégoût
    • nez remonté
    • lèvre inférieur qui rentre
    • cou crispé
  • Le mépris
    • lèvres crispées
    • petit sourire
    • un sourcil relevé

  1. L’écoute auditive !

Écoutez les respirations (rapides, lentes, saccadées…) et la première réplique verbale de votre partenaire et demandez-vous : Pourquoi il me dit ça, à moi, maintenant ? La réplique a obligatoirement une importance sans quoi elle n’aurait pas lieu d’exister.

Pour exercer votre cerveau à écouter les informations vous pouvez jouer à l’exercice suivant :

Le Parano

Le comédien A (le parano) fait une action quelconque. Le comédien B rentre et installe la relation. Aucun événement ne doit arriver durant cette improvisation. C’est uniquement un dialogue simple. Cependant, à chaque réplique du comédien B, le comédien A regarde le publique et dit « il me dit ça parce que… » en extrapolant les raisons. Le comédien B ne doit pas réagir car il n’entend pas ces répliques de décrochage. Puis le comédien A répond de façon normale à la réplique du comédien B. Et ainsi de suite à chaque réplique.

Comédien B : Tu as eu le temps d’acheter du pain ?

Comédien A : (face public) il me demande ça parce qu’il n’a pas confiance en moi ? C’est certain qu’il n’a pas confiance en moi ! Il me prend pour sa femme de foyer, incapable de m’occuper de moi ! Incapable de sortir ! Ou alors il a un truc important à me dire, en fait il veut me quitter. Il m’aime plus du tout. J’ai grossi, je suis certaine que c’est pour ça !

(en répondant au comédien B) Oui, j’y suis allé, il est sur la table ! 

Comédien B : Tu es parfaite (et l’embrasse)

Comédien A : (face public) Quand un homme te dit que t’es parfaite, c’est qu’il a un truc à se reprocher. Il m’a trompé, j’en suis certaine. En plus il m’embrasse après ! C’est pour éviter que je parle. En fait je parle trop, il en a marre de moi et il va me mettre à la porte…

L’intérêt de cet exercice est, qu’il m’est en exergue l’importance de chaque réplique ou mouvement. Il vous permet de contextualiser votre personnage. De l’introduire sur une ligne temporelle, avec un futur que nous allons découvrir et surtout un passif qui nous est inconnu, mais qui, à l’instant T, nous présente le protagoniste. Celui-ci présente, ce que nous nommerons, un défaut fatal.

Le défaut fatal fait partie du protagoniste. C’est la résultante d’expériences passées qui génèrent, dans le présent, une résistance au changement. Une forme d’état émotionnel, psychologique ou spirituel dans lequel notre protagoniste est bloqué, mais qui, nous le découvrirons, a cessé d’être utile.

Un avis sur “La Plateforme en improvisation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.