De style contemporain – 3/3

De style contemporain

ET cette catégorie contemporaine ?

Si vous avez lu jusque-là, c’est une excellente chose et je vous promets, j’ai bientôt terminé.

Le propos même de mon article à la base, est de parler de cette catégorie contemporaine. C’est pourquoi, je vous laisserai le plaisir de répondre à la question préalablement posée sur : proposer cette catégorie, ne serait-ce pas une forme de méta-théâtre ou méta-impro ?

Avant tout, certain me diront que c’est trop souvent caricaturale comme retranscription. Je suis entièrement d’accord. Mais là où on pourra souvent voir deux impros à la manière d’un western d’une troupe à une autre, très similaire. Il y a peu de chance que nous voyons de ces deux troupes, deux impros contemporaines, semblables.

Au contraire, elles auront leur propre identité. Dénonçant et présentant l’aspect de la troupe et des comédiens à l’instant T. Étrangement, cette catégorie a la capacité de mettre en place des processus d’écoute, de corps et d’espace. Comme si, l’acte verbal du mot “contemporain” donnait aux comédiens la possibilité d’un acte plus libératoire.

Tous les mots et les maux font sens et chaque déplacement se fait jusqu’au bout. Puis quand ce n’est pas le cas, il est malicieusement complété par un autre. Le collectif prime sur l’individu et les discours sont davantage percussifs, dénonciateur, et ancré dans une réalité. Les propos sont visuels et poignants. Les comédiens font même l’économie des mots et s’autorisent à être corporellement actif. Se mettent en place des jeux de scène et des gimmicks.

Lorsque les comédiens commencent heureux, tout le monde l’est et tendent à l’euphorie et à l’extase, jusqu’à la bascule négative. La descente aux enfers. Créant ainsi, involontairement, par association d’idées inverses, un chamboulement narratif.

Et le public là-dedans ? Il comprend ce qu’il a envie de comprendre. Il s’approprie et s’identifie à l’histoire par les suggestions et les émotions qui lui sont véhiculées. Parce que le public aime comprendre, il met un sens à ce que nous jouons, disons, dansons. En fait, le public se raconte son histoire en intégrant les passages plus personnels ou engagés et verbalement structurés.

Finalement, cette catégorie est une forme de représentation de notre art. Inconsciemment, nombreux sont les improvisateurs qui s’ancre dans des courants de l’histoire du théâtre. Jouant tantôt du théâtre happening, en passant par des personnages de la commedia pour terminer sur du théâtre brut et engagé.

Mon avis sur cette catégorie, c’est qu’elle engage plus qu’il n’y parait. Elle libère par sa non contrainte. Plus on l’a travaille en groupe, plus elle facilite l’écoute et la connexion. Elle favorise la créativité par le mot, le geste, l’autre, l’espace, le vide…

Petit exercice

Faite le test. Individuellement, demander à vos groupes d’imiter corporellement la pluie douce qui tombe, puis augmenter le débit et nous voilà tout à coup sur une pluie tropicale. Le bruitage est autorisé mais pas nécessaire. Maintenant demandez-leur de représenter l’eau qui coule au sol, le torrent ou la rivière. Puis un lac. Le glaçon et enfin la buée. Faites-leur répéter ces différentes actions les unes après les autres. Proposez-leur de ne plus imager l’eau avec leurs mains, mais d’être cette eau. Refaite la même chose avec le feu, les braises, la fumée…

Une fois qu’ils ont compris le procédé, proposez-leur de créer ce qu’ils veulent et faites-les passer ensuite un par un sur scène. À chaque passage, demander au reste du groupe ce qu’ils se sont raconté. Peut-être serez-vous surpris de la force du corps et de l’imagination que cet exercice et par extension, cette catégorie apporte.

Aussi, vous pouvez faire évoluer cet exercice en les faisant se rencontrer. Ça racontera encore autre chose. Puis en les autorisant à dire un ou deux mots durant leur danse.

Merci de votre lecture et laissez un commentaire si vous avez des remarques, des propositions, des artistes à partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.